2019 – Les bonheurs et la leçon

L’année s’achève et c’est l’occasion de consacrer quelques minutes de réflexion aux bonheurs qui ont fait cette année. En voici une petite sélection…

Janvier : J’ai fais découvrir « mon île » à mon chéri.

Février : J’ai marché pour la 1ère fois sur le sol breton, beaucoup marché, et réalisé que marcher me fait me sentir libre et vivante, heureuse, et permet de découvrir des lieux souvent inaccessibles par d’autres biais.

Mars : J’ai fêté mes 30 ans en très petit comité, dans un endroit merveilleux perdu au centre de la France, dans la nature et la chaleur d’un poêle à bois. J’ai eu un témoignage d’affection et d’amour original de mes proches, qui m’a fait pleurer. Et j’ai participé à une dégustation de champagnes d’un petit producteur qui nous a fait gouter une de ses bouteilles aux notes de roquefort : incroyable, mais délicieusement vrai !

Avril : Je me suis fais violence et j’ai repris le volant après de nombreuses années. Encore du travail à faire à ce sujet, mais déjà une belle avancée. Et on m’a fait une belle surprise, encore une !

Mai : Je réalise un de mes grands objectifs des dernières années, m’installer à Nice. Et je suis touchée par la justesse des cadeaux que m’offrent mes collègues adorés à mon départ. J’ai adoré Will Smith dans le rôle du génie d’Aladdin.

Juin : Je mange la meilleur pizza et la meilleur glace qu’il m’ait été donné de gouter à ce jour, ainsi que de divins fromages, copieuses soccas et exquises pâtisseries végétales. Ai-je parlé des pâtes à la truffe ? Je pleure encore de joie. Ciné-débat sur la permaculture, instructif, passionnant.

Juillet : De grands questionnements qui bouleversent pour finalement prendre de belles décisions, pour le moins inattendues mais qui solutionnent les maux. On imagine des alternatives qui nous ressemblent. Je découvre un super « web média » qui met en avant le positif. On commence une série qui nous tiendra en haleine plusieurs mois.

Aout : Je termine un chapitre de ma vie en quittant une carrière confortable mais qui ne me correspondait pas vraiment et ne m’épanouissait pas réellement. Je commence à découvrir le calme de l’arrière pays. Je fais visiter la ville. Je rejoins Paris depuis Nice en train, et adore observer les paysages changer. Je retrouve ceux qui ont fait mon quotidien les années précédentes, et ça me plait.

Septembre : Je profite des plages presque désertes, des montagnes rafraichissantes et des beaux villages médiévaux. Je retrouve mon amie qui m’a permis de découvrir ce coin qui m’a tant fait rêver. Je prends plaisir à être conseillée par un herboriste pour ensuite préparer solennellement de belles tisanes guérisseuses. Je lis au sortir du lit.

Octobre : On tri, on donne, on vend et on quitte finalement Nice. On commence notre « périple » sur la côte ouest française, à la découverte notamment du merveilleux Pays basque. On rejoint Bayonne en 12h de trajet, histoire de sentir qu’on part réellement pour notre petite aventure !

Novembre : J’ai commencé la lecture de ce qui sera demain mon quotidien. J’ai remangé cet excellent burger. J’ai été subjuguée par les couleurs automnales de nos ballades en forêt. J’ai apprécié mes trajets en car à voir défiler les paysages, mes podcasts dans les oreilles. Et j’ai adoré déambuler dans les rues vannetaises le jour et les rues quimpéroises la nuit. J’ai commencé Friends. Le 2ème film de Nicolas Bedos est aussi extraordinaire que le 1er.

Décembre : J’ai fais des claquettes, j’ai regardé la lune au télescope et dormi « à la belle étoile » dans les Cévennes et sous 5 couvertures, j’ai observé les magnifiques lacs de la Savoie et ses beaux sommets enneigés, j’ai beaucoup marché dans Paris et me suis sentie pleinement vivante, j’ai adoré terminé mon « année de jeux » par la découverte du Scrabble…

L’exercice est intéressant. Au début, seuls les souvenirs majeurs, « grands » moments de l’année, viennent à l’esprit. Puis, au fur et à mesure, on repense aux sensations, aux ressentis, et des dizaines d’autres souvenirs viennent se bousculer dans le tête et le cœur.

Cette année, j’ai à plusieurs reprises entendu au fond de moi une petite voix qui criait « C’est la libertééééééééé ». Et j’ai compris que quand « j’entendais » cette voix en moi, cela signifiait que j’étais en train de ressentir une joie immense et profonde, celle des moments simples mais qui sont tellement alignés avec ce qu’on est ; celle des instants où on vit pleinement le présent.

Alors, bien qu’ici je me suis rapidement replongée dans le passé (et qu’en parallèle j’ai déjà tracé quelques objectifs pour les prochains mois), ce que j’ai compris principalement en 2019 et que je mets un point d’honneur à appliquer désormais : c’est vivre, pleinement vivre, et être, dans le présent, dans l’instant, pour ressentir ce fugace mais puissant sentiment de complétude ; cette vérité qui donne à la vie toute sa beauté.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s