Zéro déchet et Minimalisme : décomplexer, ne pas culpabiliser

Se lancer dans une démarche minimaliste et zéro déchet se fait progressivement, et doit nous alléger, faire du bien à notre âme et à la planète, nous rendre heureux. C’est ce coté positif de la démarche qui peut ensuite inspirer l’entourage ou les personnes qu’on croise.

Aussi, il ne faut pas viser la perfection, ou l’unique bocal de déchets non recyclables de Béa Johnson ou autres experts en la matière, sous peine d’être frustré de ne pas y arriver. Le petit bocal d’un litre comme unique contenant de nos déchets annuels reste un idéal, si on y arrive c’est super ! Mais commencer la démarche, c’est déjà beaucoup.

La démarche minimaliste et zéro déchet est un mode de vie, une manière de penser, et on ne bouleverse pas ses habitudes du jour au lendemain. En fonction de chacun, il sera plus facile de réduire sa consommation dans tel ou tel domaine, de supprimer tel ou tel déchet, etc. Agir, c’est ce qui compte. Agir à son échelle c’est ce qui permet de mettre un pieds dans la démarche et de la poursuivre naturellement et progressivement, car on y est allé pas à pas, en douceur, sans contraintes.

Pour ce 1er article de 2019 je souhaite montrer que nul n’est parfait, qu’on a tous des points à améliorer, même les adeptes du zéro déchet. Aussi, je liste ci-dessous ce qui « pèche » encore chez moi en matière de minimalisme et zéro déchet, ce que je pourrai améliorer. Est ce que je vais les améliorer ? Pour une partie oui, car j’en ai envie. Pour le reste, pas forcément. Et se le dire c’est accepter le fait qu’on ne peut pas être parfait. Qu’on fait de notre mieux dans le contexte qu’est notre vie.

  • Réduire les achats sur Internet ?

Je suis désormais consciente de l’impact du numérique et de l’importance de continuer à fréquenter les boutiques physiques indépendantes pour qu’elles subsistent.

Pourtant, parfois, par simplicité, j’ai le réflexe Internet. Quand ce sont pour des produits que je peux trouver dans ma ville, je trouve cela finalement dommage de passer par Internet puis par une livraison. Et je sais que je peux facilement faire mieux, et le ferai en 2019 rien que par le fait d’avoir « conscientisé » cela.

Par contre, Internet me permet aussi d’accéder à des petits créateurs qui n’ont pas de points de vente, et donc je fais le choix de ne pas être radical sur ce point là, car j’aime l’idée de recevoir quelque chose fait main, et de participer à « faire vivre » une personne.

Internet me sert aussi beaucoup à repérer, à comparer, à choisir, avant d’aller en magasin et de ne prendre que ce que j’ai sélectionné en amont après m’être posé les bonnes questions. J’en parle dans cet article pour acheter moins.

  • Arrêter le plastique des simili carne et du tofu ?

Le plastique est devenu mon ennemi n°1. Il est bénéfique dans certains cas, et complètement inutil dans nombre d’autres cas.

Le vrac (un article sur le sujet), le fait maison, et le minimalisme m’ont permis de réduire considérablement ma « consommation » de plastique. Mais il y a un domaine où il subsiste un peu trop à mon gout : les emballages de simili carne ou de tofu.

Cette année nous avons opéré une transition alimentaire et les simili carne nous y ont aidé. On a déjà réduit un peu leur consommation (outre le plastique, cela reste des produits industriels), mais c’est la source principale de plastique dans notre cuisine. Et je pense que c’est un plastique qui restera. En tout cas pour le tofu. A quand du tofu à la coupe 😉 ?

  • Réduire les voyages ?

Comme il est bon de découvrir, de s’évader, de parcourir de nouveaux paysages. Les voyages permettent cela ! La démocratisation du voyage avec les couts des transports qui baissent permet d’explorer de nouvelles contrées, d’aller à la rencontre d’autres cultures.

Mais cela a aussi d’énormes impacts sur l’environnement : industrie aéronautique polluante, pays touristiques en voie de développement n’ayant pas encore les infrastructures pour gérer les déchets du tourisme de masse, etc.

Ma famille habitant à 10000km, j’aurai du mal à pouvoir me passer de l’industrie aéronautique. Et j’aime aussi voyager. Alors je n’arrêterai pas de voyager. Je ne dis pas qu’on ne peut pas arrêter, car la France est belle et il n’est pas nécessaire de partir loin pour s’évader. Mais je fais le choix de ne pas arrêter.

Quand d’une réflexion aboutit un choix, on est en accord avec soi-même et moins enclin à culpabiliser. Il existe bien sur des façons de voyager moins néfastes que d’autres : que ce soit par le moyen de transport, le choix du logement, le choix de la destination, etc. Ce sont des pistes à creuser !

  • Réduire ma quantité de vêtements ?

Les 1ers salaires il y a 6 ans m’ont fait découvrir le shopping presque hebdomadaire. Qui était devenu quasiment un loisir. Le minimalisme m’a permis de complètement m’en détacher, notamment pour les vêtements, que je consomme différemment : beaucoup moins et d’occasion. L’article débriefant du documentaire The True cost explique à quel point l’industrie textile est polluante, plus que les industries aéronautique et maritime !

Même si je n’en achète quasiment plus, en tout cas plus des neufs, il me reste « ceux d’avant ». J’ai opéré un 1er gros tri à mon déménagement. Et régulièrement je tri à nouveau, parce que j’aime cela (un article à ce sujet !) et parce que je réalise qu’il subsiste toujours des vêtements que je ne mets pas ou presque pas. C’est un des points que je sais que je peux améliorer et que j’ai envie d’améliorer. Aussi, cette année je vais continuer à réduire ma garde robe.

  • Arrêter d’ouvrir plusieurs onglets sur mon navigateur Internet ?

J’ai parfois l’impression de consommer Internet comme un junkie ! Ou un collectionneur. Pas parce que je regarde mon smartphone toutes les 5 minutes, mais plus parce que j’y vois un puits d’information que je ne veux pas voir s’echapper. Je m’explique : j’ai la fâcheuse manie quand je surf sur le net d’ouvrir plusieurs onglets en même temps, car j’ai pour habitude d’ouvrir toutes les pages qui m’intéresse telle une boulimique, puis une fois que c’est fait, soit de les consulter directement, soit de les classer dans mon dossier des articles / vidéos / sites à consulter plus tard. C’est une pratique qui surconsomme les data centers car les requêtes sont plus nombreuses, en effet les pages se rechargent à chaque fois.

Je suis sure de pouvoir améliorer ce point, car c’est juste une mauvaise habitude prise, qui n’a pas d’utilisé particulière, et que je pourrai facilement faire autrement.

  • Réduire ma consommation d’écrans (Youtube, blogs) ?

J’ai abandonné la TV depuis mon déménagement. Et cela m’a libéré du temps et a augmenté ma capacité à me renseigner par moi-même. J’ai alors connu Youtube, où j’ai visionné des vidéos très intéressantes sur des sujets divers et variés. Depuis que j’ai un blog, je consulte aussi pas mal d’autres blogs, grâce à Hellocoton, ce site mettant en relation les blogueures et en une de son site une série d’articles de blogs quotidiennement.

Mais finalement cela me prend aussi du temps, même si c’est un temps utilisé d’une façon qui me plait. Cela reste des écrans.

J’ai pour objectif de lire davantage, comme c’était le cas à une époque, celle où j’étais encore étudiante. J’ai donc décidé de réduire un peu ma consommation d’écrans afin de retrouver mes livres. Mes astuces pour y parvenir : j’ai testé cet été de ne plus consulter un certain nombre d’applications pendant le temps d’un voyage, ou alors me désabonner de certains blogs ou chaines Youtube.

  • Réussir à composter ?

Le compost a beau être le 5ème niveau de la pyramide du zéro déchet, il réduit pourtant considérablement les déchets. Je l’ai vu à une époque dans mon foyer.

J’ai en effet testé plusieurs méthodes de compost, à domicile, ou collectif. J’ai eu beaucoup de périodes où j’arrêtais car ces solutions n’étaient pas adaptées à mon contexte de vie. Et je crois que c’est le point qui m’embête le plus.

Alors cette année, je veux réussir mon compost ! J’écrirai un article sur la question pour expliquer mon cheminement en la matière depuis un an.

——

Nul n’est parfait et c’est ce qui fait le sel de la vie. La marge de progression est un défi à relever, si on le souhaite. Car on peut aussi décider de ne pas s’améliorer. On ne peut pas être bon dans tout ! Faire de son mieux c’est déjà beaucoup. Et pour que cela fonctionne, il faut toujours le faire en accord avec soi et son contexte de vie. Sinon, on ne tient pas la démarche sur la longueur, on la teste sans l’adopter.

Et vous, que souhaitez vous améliorer dans votre démarche zéro déchet et minimaliste ? Et qu’avez vous accepté de ne pas réussir à faire ?

Belle année presque zéro déchet à tous !

ZERO DECHET 1 MINIMALISME

5 réflexions sur “Zéro déchet et Minimalisme : décomplexer, ne pas culpabiliser

  1. Ping : Le vrac : la solution pour réduire ses déchets – Promenade Minimaliste

  2. Absolument. Je suis dans une démarche aussi zéro déchets et je sais qu’il me reste encore des progrès à faire même si je ne surconsomme pas je consomme quand même. Mais je réflechis beaucoup avant maintenant. Pour mon fils, qui est encore petit oui j’achète des jouets je ne le priverai pas de ça (que je préfère à la télé pour lui) mais je ne lui ahcète pas tous les mois. Donc non il ne faut pas viser la perfection. C’est tjrs mieux que ceux qui ne font rien 🙂

    J'aime

  3. linemourey

    Il me reste encore pas mal de travail mais comme tu le dis, ne visons pas la perfection au risque de s’épuiser. Je réduis mes voyages et essaye de ne plus prendre l’avion ! L’Europe a de belles choses à montrer aussi ! Je réduits les livraisons internet et fais modérément la guerre au plastique. Mes cosmétiques sont maisons et je mange local (végétarienne). Chaque année, je progresse un peu plus ! On envisage avec Monsieur d’acheter une maison dans un quartier écologique de la ville !

    A bientôt,
    Line de https://la-parenthese-psy.com/therapie/la-musicotherapie/

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s